Votre agence est ouverte du lundi au vendredi de 9h30-12h / 14h-18h30, coût d'un appel local

04 26 03 01 01

Le marché Lyonnais

LYON : une ville attractive !

En ce début d’année 2017, nous pouvons constater que le marché immobilier Lyonnais se porte bien. En effet avec une augmentation moyenne de 3,6%, la capitale des Gaules se place en deuxième position des villes les plus attractives de France.

Lyon étant une métropole très étendu, les prix varient fortement d’un arrondissement ou d’un quartier à l’autre. En effet, il n’est pas rare de voir des écarts de prix significatifs dans un même arrondissement. Une « frontière » existe entre l’Ouest et l’Est de la Part-Dieu qui est symbolisée par la voie de chemin de fer. Cette différence nous pouvons l’observer dans le 3ème arrondissement (Préfecture / Villette) ainsi que dans le 6ème arrondissement (Foch / Bellecombe).

Les quartiers prisés de LYON : Bellecour, la Presqu’île et le triangle d’OR

L’offre et la demande caractérisant le prix du m², hormis les constructions vieillissantes des années 60 et 70 qui se vendent à des prix très bas, avec des décotes allants de 20 à 30 % sous le prix du marché, les secteurs les plus recherchés et par conséquent les plus onéreux restent les abords de la place Bellecour, et la presqu’île. Très prisés également, les quartiers du triangle d’or, entre le parc de la Tête-d’Or et le métro Foch, ainsi que le secteur de la Préfecture. La clientèle de ces quartiers aisés est attirée par la vieille pierre, le cachet des immeubles centenaires (parquet, cheminées, hauteur sous plafond…) et les commodités du centre-ville.

Des villages dans la ville de LYON

Ce sont des micromarchés souvent recherchés pour leur vie de quartier, leurs infrastructures de qualité (écoles, transports publics, commerces) et leurs proximités du Métro... C’est le cas de la Croix-Rousse, de Monplaisir et Montchat. Les habitants les considèrent souvent comme des petits villages et y sont fortement attachés. Hormis les canuts du XIXe siècle de la Croix-Rousse, l’architecture est plus moderne, principalement constituée d’immeubles des années 1980 à 2000. La rareté des biens explique des prix au m² tout aussi élevés que dans les quartiers du 6ème arrondissement et de la Préfecture. Très recherchées, les petites surfaces proches de la Manufacture des tabacs se vendent vite et à très bon prix.
Pour rester dans Lyon intra-muros à des prix plus abordables, les acheteurs peuvent s’orienter dans le 7ème arrondissement dans des quartiers tels que, la Place Saint-Louis, Jean Macé ou bien encore Guillotière. Bien desservis par les transports en commun et les commerces de proximités, ils offrent un excellent compromis.

Des quartiers et communes qui séduisent !

Le bas du 8ème arrondissement devrait cette année attirer les acheteurs avec l’arrivée de la ligne T6. Certaines communes ont le vent en poupe, comme Oullins, avec le métro ligne B. La périphérie Lyonnaise n’est pas en reste, Décines, Meyzieu, Saint-Priest, grâce au tramway. Les programmes neufs y sont nombreux et à des prix accessibles avec tout le confort et le respect des nouvelles normes de construction pour l’isolation phonique et thermique (BBC, RT 2012…) ainsi que les avantages fiscaux (loi PINEL…) qui y sont liés.

Enfin, le marché immobilier Lyonnais reste très dynamique et attractif de par son économie (Part-Dieu, 2ème centre d’affaire Français), ses universités, son cadre de vie, sa diversité architecturale.